général > dossiers > Kingdom Hearts II > Test

Après un premier volet qui a su séduire les joueurs les plus sceptiques, Tetsuya Nomura et son équipe de Tokyo passent la seconde et décident de mettre en chantier Kingdom Hearts II . Le titre est annoncé comme étant plus ambitieux que le premier opus, et promet de corriger les problèmes que les joueurs avaient pu rencontrer à l’époque. Autant dire que les fans attendaient cette suite de pied ferme.

One Sky, One Destiny


Cette attente était d’autant plus grande car un épisode intermédiaire est sorti sur Gameboy Advance : Kingdom Hearts : Chain of Memories. Bien qu’il soit sorti sur console portable, cet épisode était doté d’un système de combat intéressant à base de decks de cartes, ainsi qu’une histoire enrichissante qui complexifia la saga.


Plus que jamais, les fans attendaient de savoir ce qui allait advenir de Sora et de ses amis, après qu’ils aient vécu cette histoire au Manoir Oblivion. Mais tout ne se passe pas exactement comme les joueurs l’imaginaient, du moins pas tout de suite.

Car lorsqu’on lance la partie, nous sommes amenés à contrôler un jeune garçon prénommé Roxas, vivant dans la Cité du Crépuscule. Roxas vit actuellement ses derniers jours de vacances d’été, en compagnie de ses amis Hayner, Pence et Olette. Tout commence donc par une histoire à priori simple mais totalement hors contexte avec la saga de prime abord.

Finalement, la rentrée des classes ne sera pas le pire cauchemar de Roxas. Le jeune homme apprendra qu’il est en fait le simili de Sora, et pour que ce dernier soit tiré de son sommeil, il faudra que les 2 héros soient réunifiés. Là, le jeu fait très fort car à peine a-t-on le temps de s’attacher à Roxas (qu’on ne connaissait pas encore quelques heures plus tôt), que ce dernier disparaît pour nous être retiré brutalement.


Remercier Naminé


C’est donc les yeux un peu embués que nous retrouvons Sora, tout juste sorti de sa capsule mémorielle. Durant son sommeil, le jeune homme a pas mal grandi, si bien que son pantalon rouge fait dorénavant plutôt office de short. Les premiers combats sont l’occasion pour nous de constater que les sensations de jeu ne sont pas les mêmes qu’avec Roxas. Là où ce dernier était plutôt balbutiant (du moins au début), Sora est quant à lui un porteur de la Keyblade aguerri.

Les mouvements et divers combos sont fluides, si bien qu’il se permet même quelques cabrioles. Très vite, Sora aura accès aux nouvelles fonctionnalités de gameplay du titre, comme les fusions. Le fonctionnement de ces dernières est simple : Sora dispose d’une jauge de Flux qu’il peut recharger en combattant et en ramassant des orbes jaunes.


Une fois que la jauge de Flux est suffisamment remplie, Sora pourra fusionner avec ses compagnons d’arme : Donald et/ou Dingo. Les fusions peuvent rendre notre héros beaucoup plus fort, rapide et agile. Suivant la forme utilisée, il pourra manier 2 Keyblades, glisser sur le sol, projeter des petites boules de magie, planer… mais attention, car la jauge se vide très vite !

Autre élément instauré dans cet épisode : les commandes réaction. Il s’agit là d’une action contextuelle réalisable à un moment précis, pendant un délai très court. Ainsi, certaines de ces commandes pourront vous permettre de glisser dans le dos de vos ennemis, ou encore de réaliser un combo assez classe occasionnant de lourds dégâts.

Enfin, vous pourrez utiliser la coopération avec vos alliés. Que ce soit Donald, Dingo ou un héros du monde dans lequel vous vous trouvez, chacun de vos camarades pourra utiliser une attaque spéciale avec Sora. Lors de certains combats de boss, ces attaques pourront faire la différence et vous permettront de faire basculer le cours du combat en votre faveur.

Qu’est-ce que ça fait, d’avoir un cœur ?


Mais au-delà de son système de combat rapide et jouissif, Kingdom Hearts II est un jeu qui reste pour beaucoup de joueurs le meilleur titre de la saga. Les points noirs de Kingdom Hearts premier du nom ont été gommés : la caméra se place correctement et ne gêne plus l’action, les phases de plateforme ont gagné en souplesse, et les phases inter-mondes en vaisseau Gummi font maintenant preuve d’un certain punch.


L’histoire quant à elle est plus profonde et mélancolique que celle du premier épisode. On s’attache facilement à Roxas, qu’on nous arrache peu après. En quittant la Cité du Crépuscule, Roxas (dorénavant dans le cœur de Sora) verse une larme lorsque ce dernier dit au revoir à ses amis.

Nous avons également affaire avec l’Organisation XIII, dont les membres recherchent désespérément à compléter le Kingdom Hearts (en utilisant Sora), afin de retrouver leur cœur perdu lors de leur transformation en simili. Sont-ils réellement si mauvais au fond ? A cela s’ajoute la recherche d’une certaine vérité, ainsi que la quête d’une belle amitié.

Pourra-t-on revoir Riku et Mickey un jour ? Qui sont réellement Ansem le sage et Xehanort ? Vous trouverez les réponses à ces questions en parcourant les divers mondes Disney qui vous seront proposés, comme la Terre des Lions, la Rivière Intemporelle, Space Paranoids, ou encore la Terre des Dragons.


Kingdom Hearts II est un jeu riche, beau, nerveux, et mélancolique. L’histoire y gagne encore en complexité, et le gameplay en fluidité. L’ajout de nouveaux mondes Disney, de nouvelles possibilités de gameplay, et le gommage des gros points noirs de l’opus d’origine font de ce titre un must-have pour tous les fans de la saga, voire les fans d’action RPG en général.

Haut de Page

QUI EST EN LIGNE ?

0 membres connectés