général > dossiers > Cars 2 > Introduction

Cars 2

De John Lasseter
Scénario de Ben Queen
Musique composée par Randy Newman
Avec Guillaume Canet et Gilles Lellouche



"Catcha ! Catcha !", c'est ce que s'écriait Flash McQueen, le plus rapide des bolides, dans le premier Cars. Champion de course à la grosse tête et héros d'un long-métrage d'animation sorti en 2006, Flash s'égarait dans le petit village de Radiator Spring, perdu en plein milieu de la fameuse route 66. L'occasion pour lui d'apprendre à prendre son temps, à penser aux autres, et surtout de trouver l'amour, incarné par une petite voiture nommée Sally, mais surtout par les magnifiques paysages de l'Ouest Américain.

/ /

Joli road-movie, et merveille visuelle, le premier Cars n'était néanmoins pas l'un des films les plus mémorables des studios Pixar, et aura surtout eu du succès auprès des plus jeunes, amateurs de voitures. C'est d'ailleurs avec ses nombreuses déclinaisons en produits dérivés que Flash à conquit le cœur des fans, plutôt qu'avec son film, qu'on aurait vite oublié. C'est donc à la surprise générale qu'une suite à Cars fut annoncée, le studio s'étant souvent refusé à faire la moindre suite à ses films - Toy Story étant la seule exception, suite à une demande insistante de la part de Disney. Que reste t-il donc à raconter dans ce monde peuplé de voitures, maintenant que notre héros a achevé son voyage initiatique, tout en ayant gagné sa course ?

/ /

Nous retrouvons donc Flash, prêt à concourir, tout comme dans le premier opus, mais cette fois pour une course un peu particulière, puisqu'il quittera l'Amérique, cœur du premier film, pour faire le tour du monde, lors d'un rallye décomposé en trois courses, chacune dans un pays différent. Mais son célèbre ami, Martin la dépanneuse, découvrira en l'accompagnant qu'un complot fomenté par le terrible Professeur Z menace la belle voiture rouge, et qu'il est le seul à pouvoir le sauver, aidé par un espion anglais du nom de McMissile, arborant fièrement une petite moustache sur son pare-choc, et d'une jolie voiture nommée Holley. Le road-movie devient ainsi film d'espionnage, le tout sur un fond de comédie – que l'on espère discrète, tant la menace d'un film lourd et sans âme, à des milliers de kilomètres des anciens chef d’œuvres de Pixar, est présente.

/ /

La petite communauté de Radiator Spring, qui donnait son côté familial au premier film, laisse donc place à une multitude de personnages, bien souvent des célébrités "voiturifiées", comme la Reine d'Angleterre ou le réalisateur lui-même. Le scénario permet en effet un certains nombres de caméos, et de clin d’œils aux vraies voitures, entre les villes Londres, Tokyo et Paris où vont voyager nos héros. Mais quant est-il du contenu réel du film ? Le plus dur reste à prouver...

Et si les images et la bande-annonce sont hautes en couleurs, l'animation de Pixar étant toujours un régal pour les yeux, le résultat fait qu'on ne sait pas trop quoi penser. Cars 2 est-il à la hauteur de ses fantastiques prédécesseurs, est-il une simple erreur de parcours pour les studios, ou bien marque t-il le début d'un déclin de la qualité pour les rois du film d'animation, comme les defractaires du studio le prétendent ? Laissons à Pixar le bénéfice du doute, et ne jugeons pas trop hâtivement le film. Le studio à, jusqu'à aujourd’hui, toujours su nous faire rêver, peut-importe les univers. Il serait étonnant que Cars 2, quelque soit sa qualité, change la donne.

QUI EST EN LIGNE ?

0 membres connectés